Evolutions technologiques des affranchisseuses

Avec les progrès informatiques et techniques, les affranchisseuses évoluent constamment : à puce dans un premier temps, connectées au système de la Poste par la suite et émettrices de code-barres depuis peu… Quelles sont les innovations rencontrées par les  ?

Petit historique des affranchisseuses

machine-a-timbrer

L’histoire de l’affranchisseuse débute en 1897 aux USA. Des tests sont menés à New-York pour mettre au point une machine capable de distribuer des empreintes pré-datées. Le principe de la machine à affranchir se développe au début du XXème siècle dans le Nord des Etats-Unis et en Europe occidentale avec des évolutions signées Arthur Pitney qui s’associe à Walter Bowes par la suite. Le résultat : en 1920 sort la première machine à timbrer digne de ce nom.

Avec le temps, les affranchisseuses se sont enrichies de diverses fonctionnalités : balance, plieuse… et connexion en ligne.

Evolution majeure : le FOLLS

Définition FOLLS : acronyme de Franking On Line Loading System, le FOLLS est un système de des affranchisseuses. Ce rechargement peut être réalisé via une analogique type modem ou une connexion numérique via un câble Ethernet.

Ce système a donc rendu les entreprises davantage encore autonomes dans la gestion de leurs affranchissements : plus besoin d’aller à la Poste pour recharger l’affranchisseuse, cette opération se faisant directement depuis les locaux.

Innovation récente : le DPM

Définition DPM : acronyme de Difital Postage Mark, DPM est une nouvelle technologie permettant d’imprimer, outre la date et la valeur de l’affranchissement, un code-barres (tag) et un numéro de suivi. De la sorte, la Poste peut traiter et contrôler de façon automatique les envois.

Non obligatoire pour le moment, ce système devrait faire loi d’ici peu. Les affranchisseuses les plus récentes sont toutes équipées de cette technologie.

Photo copyright by Neopost.

Tags: , ,

Articles relatifs

B2B infos

Comments are closed.